Les 1001 pieds » Podologie » Médio-pied » Les pieds plats d’origine congénitale

Les pieds plats d’origine congénitale

 

Le pied plat hypotonique

Souple et souvent réductible, il résulte d’une faiblesse des muscles maintenant l’arche de la voute plantaire, qui du coup se retrouve affaissée.

Non douloureux, il touche préférentiellement un enfant en surpoids et son amélioration va dépendre de sa croissance. Généralement le renforcement musculaire lié à l’âge est positif, pour peu que les os du pied soient positionnés de manière physiologique. Malheureusement ce n’est pas toujours le cas.
La marche se fait les pieds basculés en-dedans et le valgus calcanéen n’est pas systématique.
La chaussure est avachie et les pieds sont souvent parallèles, ou en canard.

Ce type de pied plat a de bonnes chances de s’arranger de lui-même lorsque l’enfant grandi, aidé par une paire de semelles orthopédiques qui repositionne les os pendant la croissance ou corrige le valgus de l’arrière-pied s’il existe. C’est le podologue qui déterminera après un examen détaillé les orthèses plantaires les mieux adaptées.
Le choix des chaussures est primordial et devra plutôt être montante, avoir un contrefort ferme, une légère cambrure et une souplesse relative.
La marche pieds nus est à privilégier pour le bon développement musculaire (dans le sable si possible ou un sol meuble).
Chez l’adulte, les semelles (orthopédiques ou de confort) ou des soutiens de voutes plantaires à coller dans les chaussures soutiendront le médio-pied pour prévenir les douleurs et la fatigue, et améliorer le retour veineux.

Le pied plat valgus

Dans ce cas l’affaissement provient du calcanéus (l’os du talon) qui bascule en valgus, c’est-à-dire la base vers l’extérieur, entraînant avec lui le talus (astragale) et les autres os qui se couchent en dedans.
Fréquemment associé à une hyperlaxité ligamentaire, il n’est pas forcément totalement réductible et peut présenter une empreinte creuse sur le podoscope dû au décollement de l’appui externe.

L’enfant a souvent un genu valgum (jambes en X) avec les genoux qui frottent, une marche les pieds en-dedans et peut s’entraver régulièrement.
A l’examen on pourra retrouver une antéversion des cols fémoraux et un manque de torsion tibiale externe (affaire de spécialiste !).

Le traitement consiste à porter des semelles orthopédiques dont le but va être de lutter contre le valgus de l’arrière-pied, qui suffit généralement à obtenir la correction.
Souvent un élément antérieur sur la semelle sera nécessaire pour corriger un trouble de torsion du membre inférieur.
Faites confiance à votre podologue, vous ne tarderez pas à constater une amélioration.
A l’instar du pied plat hypotonique, le choix des chaussures est primordial et devra comporter les mêmes caractéristiques.
La marche pieds nus est également à privilégier.
Chez l’adulte vous pourrez vous contenter de semelles de série pour soutenir correctement votre pied, mais seules des semelles « orthopédiques » pourront vous corriger correctement le valgus s’il existe.

Le pied plat synostosique

Forme de pied plat fixé dont l’origine ne fait pas l’unanimité mais caractérisée par la présence d’un « pont » osseux ou cartilagineux entre 2 os du pied qui demeurent soudés.
Douloureuse, la synostose entraîne une raideur articulaire, un affaissement du pied irréductible et non soulagé par des semelles.

Pas à tortiller, c’est un chirurgien orthopédique qu’il vous faudra consulter !

Le pied plat par rétraction du tendon calcanéen

Ce pied plat est donc la conséquence de la rétraction du tendon calcanéen (tendon d’Achille) s’implantant sur l’arrière du calcanéus qu’il relève, pour l’horizontaliser. Ainsi un pilier de la voute plantaire se retrouve « écroulé ».
Rarement à l’origine d’un pied plat à lui seul, il vient fréquemment compliquer un pied plat hypotonique ou valgus.
Outre l’examen clinique qui le révèle, il est possible que ce soit la démarche de l’enfant sur la pointe des pieds qui mette la puce à l’oreille.

Dans ce cas le traitement consistera en des exercices d’assouplissement du tendon calcanéen, parfois des muscles postérieurs du membre inférieur +/- des semelles orthopédiques.
N’hésitez pas à consulter un médecin, un podologue ou un kinésithérapeute.