Les 1001 pieds » Podologie » Arrière-pied » Les ligaments latéraux de la cheville

Les ligaments latéraux de la cheville

 

L’articulation de la cheville (ou talo-crurale ou tibio-fibulo-talienne pour être tout à fait exact d’un point de vue anatomique et biomécanique) est l’articulation unissant la jambe au pied, c’est à dire plus précisément le tibia et la fibula (anciennement péroné) au talus (anciennement astragale).

Le programme mécanique de celle-ci est celui de la transmission de pression d’un plan horizontal à un plan frontal en mouvement avec des charges variables. Tout un programme en somme !…

La forme des surfaces articulaires apparente cette articulation à la catégorie des gynglimes, c’est à dire aux articulations ne possédant qu’un seul degré de liberté et n’autorisant donc que la flexion et l’extension. S’il s’agissait d’une gynglime rigide « classique », l’articulation de la cheville serait mal adaptée aux mouvements transversaux qui accompagnent naturellement la marche humaine bipède. C’est pourquoi l’articulation de la cheville (au niveau du tibia et de la fibula) se comporte comme une pince à serrage élastique permettant de discrets mouvements de prono-supination et d’adduction-abduction.

Mais pour maintenirr l’ensemble et assurer la stabilité transversale, en plus de la capsule articulaire et des muscles, les ligaments ont un rôle énorme à jouer. Disposés de part et d’autre de l’articulation de la cheville, ce sont: le ligament deltoïde en dedans et les 3 ligaments latéraux en dehors.

Ces derniers sont les plus exposés en cas de varus anormal (mouvement où le pied part sur le bord externe) de la cheville. Ce sont :

  • le ligament talo-fibulaire antérieur
  • le ligament talo-fibulaire postérieur
  • le ligament calcanéo-fibulaire (entre les 2 autres)
  • Mael GARNIER

    Bonjour, suite à un mauvais appui au basket (et à froid biensur) il y a qq jours, je souffre de douleurs sur la surface externe du pied gauche qui correspond à la zone du cuboïde (après observation de votre site). La douleur est vive et m’empêche de poser le pied (à la limite sur le talon). Et au toucher, elle s’étend du dessus du pied jusqu’au dessous (toujours coté extérieur).
    Je penchais pour une simple déchirure musculaire, m’étant blessé tout seul. Mais cela ne peut-il pas être ligamentaire (je rappelle blessure suite à un démarrage latéral assez brutal vers le côté opposé au pied blessé).
    Enfin, ce n’est pas enflé (ou très légèrement…), ça a rougi un peu et on devine un peu comme les fibres du muscle, toujours sur la face externe et médiane du pied.
    Biensur j’envisage de consulter même si je ne sais pas vraiment vers qui me tourner.
    Voilà, merci d’avance pr vos commentaires.

  • stanislas

    Bonjour,
    Vous dites de l’articulation de la cheville que c’est plus une « pince à serrage élastique » qu’une mortaise. J’aimerai savoir dans quelle publication il est démontré ce nouveau modèle biomécanique ? Je suis étudiant en ingénierie et j’aimerai en savoir d’avantage.
    Très cordialement
    Stanislas

    • http://les1001pieds.fr/ Les 1001 pieds

      Bonjour Stanislas,

      Aujourd’hui je crois pouvoir affirmer que ces notions bien étudiées par les anatomistes et bio-mécaniciens figurent dans de très nombreux ouvrages modernes dans lesquels la nouvelles nomenclature médicale a remplacé l’ancienne. Vous retrouverez par exemple un abstract des différentes études sur le sujet dans: « Appareil locomoteur Tome III, par le Professeur François Bonnel aux éditions Sauramps Médical ».
      D’une manière très sommaire :

      Le talus a la forme d’un cône tronqué asymétrique qui possède 3 courbures qui appartiennent à des cercles situés dans des plans sagittaux différents. Ainsi il n’effectue pas uniquement des mouvements de flexion/extension, mais d’autres plus complexes permettant glissement (rotation) et roulement (rotation plus translation). Par ailleurs la trochlée talienne est plus large à sa partie antérieure qu’à sa partie postérieure.
      Ainsi, lors des mouvements extrêmes de flexion et d’extension, le serrage élastique de la gynglime (seule réponse mécaniquement solide et efficace) permet une parfaite cohésion articulaire et un maintien de la cheville avec un maximum de stabilité.
      Pour d’autres spécialistes, le rôle de cette articulation spécifique ne serait pas que l’adaptation à l’asymétrie de la trochlée, mais permettrait également l’absorption d’une partie des formidables contraintes exercées au niveau de l’articulation tibio-fibulo-talienne sans laquelle on aurait des fractures de fatigue malléolaire.
      Mais n’hésitez pas à parcourir les études réalisées essentiellement aux Etats-Unis sur le sujet qui vous en apprendront bien plus que moi.
      En tout cas merci pour votre intérêt !