Les 1001 pieds » Podologie » Avant-pied » La goutte

La goutte

 

Il s’agit d’une maladie chronique et relativement fréquente qui se traduit par des dépôts d’acide urique dans les articulations (préférentiellement celle du gros orteil) et qui entraîne un syndrome inflammatoire violent qui survient en général la nuit.

Affectant 2% des adultes, beaucoup plus souvent les hommes pour lesquels la 1ère crise survient entre 30 et 45 ans, alors que la femme en serait plutôt atteinte après la ménopause.

Tout le monde connaît la caricature du bon vivant cloué au lit, se tordant de douleurs, en pleine nuit ! Le terme de « goutte » date de la renaissance et fait référence à l’image de l’écoulement au goutte à goutte d’un liquide venimeux dans l’organisme et bien entendu les articulations. Antérieurement c’est le terme « podagre » qui était utilisé depuis Hippocrate, du grec podagra qui signifie: pris par le pied ! Il était de notoriété publique que c’était la maladie des rois.

Mécanisme

L’acide urique est un déchet naturel produit par l’organisme et présent dans le sang, qui doit être éliminé. Il est le produit de dégradation des purines, qui proviennent essentiellement de certains aliments particuliers comme la viande rouge, le gibier et les fruits de mer.

Cet excès d’acide urique dans l’organisme (alors que l’hyperuricémie n’est pas systématique) est soit dû à un excès de production, soit un défaut d’élimination par le rein, sans que l’on en connaisse encore les causes exactes. Ce qui paraît évident c’est qu’il existe une composante génétique étant donné les formes familiales et la prédominance de la maladie chez l’homme, mais également des facteurs environnementaux et alimentaires puisqu’on peut relever chez les malades souvent en surpoids, une consommation très régulière d’alcool, d’abats et de gibier.

Au bout de quelques années d’évolution, l’acide urique finit par se déposer dans les articulations sous forme de cristaux, responsables de réactions inflammatoires.

Mais pourquoi le pied ? Tout simplement parce que les articulations des extrémités sont souvent plus froides, ce qui provoque aisément la précipitation de l’acide urique liquide en cristaux !

Manifestations

Le plus souvent il s’agit d’un accès inflammatoire aigu de l’articulation métatarso-phalangienne du gros orteil, survenant surtout la nuit, responsable d’une douleur soudaine, intense et pulsatile qui accompagne rougeur, chaleur et gonflement.

Une sensation de froid local peut être ressentie ainsi qu’une sensibilité au moindre contact.

Chez les personnes à risque, la crise peut-être favorisée par la déshydratation, un traumatisme ou une intervention chirurgicale, ou encore le stress.

Sans traitement la crise initiale peut durer de 8 à 15 jours. Les 24 à 36 premières heures sont les plus importantes, les manifestations y sont à leur apogée, mais peuvent être facilement réduites par un traitement immédiat. Statistiquement la crise suivante ne surviendra qu’entre 6 et 24 mois après.

Traitement

Il n’existe aucun traitement définitif contre la goutte !

Traitement de la crise aigue

Elle répond rapidement à un traitement anti-inflammatoire, notamment à la colchicine qui a un effet antalgique en plus, que ne possèdent pas forcément les autres AINS. Malheureusement elle n’empêche pas la formation des cristaux d’acide urique dans les articulations et a des effets indésirables décourageants. En cas d’échec on envisagera la cortisone.

Traitement de fond

Il associe un traitement médicamenteux à de sévères règles hygiéno-diététiques. Vous ne pourrez éviter de consulter votre médecin.

Les médicaments pour prévenir récidives et complications agissent, soit pour augmenter l’élimination de l’acide urique par le rein en empêchant le dépôt de cristaux, soit en en  réduisant la production.

L‘hydratation avec l’augmentation de la quantité d’eau absorbée est la principale mesure à respecter. A cela doit s’ajouter la limitation voire l’arrêt total de la consommation d’alcool, d’abats, de gibier et de matières grasses.

Eh oui, ceinture !